8. Juni 2011

La vipère du trottoir

D'puis longtemps, elle l'avait dans la peau
C'est pourquoi sur le Sébasto'
Le long des murs le soir elle rampait
En disant : "Y'a qu'ça qui me plaît."
Or un soir qu'il sortait de l'atelier
Elle aborda l'ouvrier lui disant :
"Si l'on s'aimait
T'as de belles mirettes, tu m'plais."
L'ouvrier sourit
Puis dit :


"Je sais qu'on t'appelle la vipère du trottoir.
Je sais combien tu fascines avec tes yeux noirs.
Oh oui ! je veux vivre désormais près de toi
Pourvu que tu ne sois rien qu'à moi."
"De tous c'est toi seul que je préfère maintenant,
Dit-elle tout en lui mordant les lèvres jusqu'au sang,
Chéri elle t'aimera toujours follement
La vipère."

V'là huit jours que la vipère a fui
Et maintenant toutes les nuits
Dans Paris il la cherche partout
Prêt à lui faire un mauvais coup
Lorsqu'un soir il la croise soudain
Il lui barre le chemin :
"Tu vas revenir, voyons ..."
Elle lui répondit non.
Alors l'air surpris
Il dit :

"Je sais le pouvoir de la vipère du trottoir
Un autre s'est laissé prendre aux miroirs de tes yeux noirs
Comme moi il a quitté l'atelier, sa maman
Demain c'est le bagne qui l'attend."
Prenant la vipère tendrement dans ses bras
Il dit : "Chérie tu ne recommenceras pas."
Et là, dans la nuit doucement il étrangla
La vipère.

1922. Chanson créée par Georgel, Le chantre des midinettes. Vers 1903, il débute, coiffé à la Mayol, dans un répertoire exclusivement composé de chansons de Mayol, cheveux à la Mayol, muguet à la boutonnière, à la Mayol.

Paroles de Jean Rodor - Musique de Vincent Scotto

Georgel " la vipère " 1921. Georgel de l'Alhambra " la vipère " de Vincent Scotto, avec orchestre, disque 78 tours Gramophone K.1353 le 9 Juin 1921 YouTube (3:13)